Sciatique et musculation, aïe !

Sciatique et musculation, aïe !

On reconnait une sciatique par la douleur intense qui part de la fesse pour rejoindre la cuisse, parfois en traversant la jambe jusqu’au pied. Elle se caractérise par une certaine raideur de la colonne vertébrale. Tout simplement, il s’agit d’une compression de la racine motrice, antérieure du nerf sciatique. C’est cette compression qui va engendrer une douleur vive et lancinante.

Lorsqu’une crise survient, les symptômes peuvent être aggravés par certains efforts, par la toux ou même par l’éternuement. On ne sait pas comment la soulager, et certains efforts musculaires peuvent aggraver la douleur. À l’inverse, certaines positions peuvent soulager sensiblement la douleur, et dans certains cas la faire disparaître complètement. Le plus important est de faire très attention à son corps et aux exercices que l’on choisit de faire.

Peut-on faire de la musculation avec une sciatique ?

sciatique et musculation

Lorsqu’on a une sciatique, ce sont les nerfs de la cinquième racine lombaire et les nerfs de la première racine sacrée qui sont touchés et provoque une douleur qui peut être plus ou moins violente. Dans certains cas, la douleur peut être insoutenable, et peut durer jusqu’à plusieurs semaines. Souvent, la sciatique est due à une hernie discale. C’est généralement le cas lorsque ce sont les jeunes personnes qui sont touchées. Dans d’autres cas, particulièrement chez les personnes de plus de cinquante ans, la sciatique est alors souvent due à un canal lombaire étroit.

La plupart du temps, lorsqu’une personne est atteinte d’une sciatique, elle ne souhaite pas faire de sport ou de musculation pour reposer les nerfs, de peur d’aggraver la douleur et d’empirer les choses. Mais lorsqu’on suit des entrainements intenses pour progresser en musculation, il est souvent difficile de s’arrêter! En quelques jours, quelques semaines, tous les bénéfices de la musculation peuvent être perdus.

Il faut savoir qu’en case de crise très aigüe, il est très important de ne pas faire d’effort physique. La musculation est donc à bannir totalement. Il est préférable de se rendre chez son kinésithérapeute qui vous aidera à gainer les muscles lombaires grâce à des exercices adaptés. Certains petits étirements sont possible, en particulier les étirements qui touchent les muscles sous-pelviens.

Une fois que la douleur devient moins forte, c’est alors possible de reprendre une petite activité physique, en prenant bien soin de sélectionner des exercices adaptés.

Quels exercices effectuer ?

Quels exercices effectuer

Lorsqu’on ressent une douleur sciatique mais que cette douleur est faible, il est alors possible de bouger et de faire quelques exercices du quotidien, car justement rester au lit sans bouger ni solliciter les nerfs ne serait pas conseillé dans ce cas. Il faut pratiquer des exercices très doux qui ne sont pas brutaux.

La musculation est à prendre avec grand soin, et il vaut mieux attendre que la douleur ait totalement disparue pour reprendre ses entraînements. Il est préférable de privilégier, en fonction de son degré de tolérance, la natation, le yogale vélo ou la marche à pieds. À l’inverse, il est préférable d’éviter tous les sports qui demandent de grands mouvements des membres inférieurs et du tronc.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *